Nous contacter

Un projet des AmiEs de la Terre de Québec
Rechercher
Close this search box.

État des lieux du gaspillage alimentaire au Canada en 2024

En 2021, le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) publie son rapport sur l’indice du gaspillage alimentaire. Celui-ci recense 54 pays autour du globe. Les résultats pour le Canada sont choquants. En moyenne, chaque Canadien jetterait 175 lb de nourriture par année selon un rapport de l’ONU.

Lors de la COP28, le Canada et 133 autres pays se sont engagés à inclure l’alimentation dans leurs plans climat d’ici 2025. Dans un rapport de l’organisme Second Harvest, on peut lire que le tiers de tous les aliments produits sont perdus ou gaspillés au Canada chaque année. Une crise évitable puisque la majorité pourrait être récupérée, selon l’organisme.

Le gaspillage alimentaire se fait majoritairement dans les ménages, mais il est marqué tout au long de la chaine d’approvisionnement. Selon la PDG de Second Harvest, l’une des causes principales du gaspillage alimentaire au Canada serait la surproduction. L’esthétisme des fruits et des légumes et le quota laitier sont deux enjeux dans la production excessive. En effet, lorsque les aliments sont abimés ou de forme non conventionnelle, l’industrie va s’en débarrasser. Le quota laitier, quant à lui, implique qu’un producteur de lait doit posséder un permis pour avoir des vaches laitières. Chaque litre produit il doit en vendre aux organismes provinciaux désignés par cette norme.

En 2023, un groupe d’action est mis en place par le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) pour contrer le gaspillage alimentaire. Ce groupe souhaite promouvoir une meilleure préservation des aliments. Il axe ses activités dans les enjeux d’emballages. Le CCCD participe d’ailleurs déjà depuis plusieurs années aux initiatives du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ).

Malgré toutes les initiatives canadiennes pour réduire le taux de gaspillage alimentaire,  il reste encore beaucoup de chemin à faire.

Et chez notre voisin du sud ?

Selon ReFED, un organisme à but non lucratif contre le gaspillage alimentaire, les ménages américains gaspillent environ 48 % de leurs aliments. Les consommateurs jetteraient collectivement plus que tous les détaillants réunis aux États-Unis. Sur les 241 millions de tonnes de nourriture produites aux États-Unis chaque année, 44 millions se retrouvent à la poubelle. Un constat qui fait mal dans la lutte contre les changements climatiques. En effet, selon le Drawdown project, le gaspillage alimentaire est l’enjeu à prioriser si on veut aider le climat. En octobre 2023, cinquante fonctionnaires locaux ont conjointement signé une lettre sollicitant l’Agence de protection de l’environnement (EPA) pour soutenir les efforts des gouvernements municipaux dans la réduction du gaspillage alimentaire. Une demande urgente pour augmenter les subventions pour des solutions dans la lutte contre la perte alimentaire.

La prévention, une stratégie essentielle

Comme la part du gaspillage chez les ménages est très grande, la sensibilisation chez la population reste une stratégie essentielle pour contrer le gaspillage alimentaire.

Plusieurs guides sont à la disposition des citoyens pour les aider à mieux conserver, cuisiner ou jeter leurs aliments. De nombreuses applications ont également vu le jour dans le but d’acheter à bas prix des fruits et légumes dont la date de conservation approche (FlashFood, FoodHero et Second Life).

 

 

Article écrit par Gabrielle Pichette, bénévole au comité Sauve ta bouffe

À lire également